Observatoire de l'Implicite

La coopération fait partie des leviers de transformation de la société de demain, et particulièrement du dynamisme des territoires et de ceux qui les habitent. Nous collaborons souvent, mais coopérer, c’est autre chose : c’est être co-auteur d’une œuvre commune, et cela n’a rien d’automatique. Ce qui freine ou facilite la coopération ne se trouve pas en surface. C’est dans des couches plus profondes qu’il faut aller chercher, que ce soit au niveau du territoire, du collectif, ou au niveau individuel. L’Institut des Territoires Coopératif est un centre de recherche-action sur la coopération. Il vise à être un espace coopératif de développement de savoir-être, savoir-agir et savoir-reproduire, au service de ceux désireux de relever les défis d’une société de lien et d’une démocratie citoyenne au XXIème siècle.

Avec quels partenaires travaillez-vous ?

Institut CDC pour la Recherche (Caisse des Dépôts)

En quoi pensez-vous que votre initiative est innovante ?

Nous collaborons souvent, mais coopérer, c'est autre chose : c’est être co-auteur d’une œuvre commune, et cela n’a rien d’automatique. 

On regarde le plus souvent la coopération dans ses parties visibles (les systèmes de gouvernance, les théories d’acteurs ou les techniques d’animation) mais rarement au niveau des rouages profonds de la coopération. Or, c'est là que tout se joue. Les marins disposent de cartes sous-marines indiquant les repères invisibles car immergés dont la connaissance est essentielle pour naviguer en surface. C’est à cela que nous travaillons : mettre à jour la carte sous-marine de la coopération, développer des savoir-être, savoir-agir et savoir-reproduire, pour mettre la coopération effectivement en action.

L'image de l'iceberg est très éclairante. Imaginons que cet iceberg soit une initiative intéressante à reproduire. Si on cherche à reproduire la part visible, sans prendre en compte la part immergée, cela ne peut fonctionner.

La part immergée de la coopération

Les facteurs de réussite de la coopération font appel à des ressources que les acteurs mobilisent le plus souvent de façon inconsciente. La méconnaissance de cette dimension inconsciente des ressources de la coopération contribue à expliquer les difficultés d’essaimage, de reproduction, ou de pollinisation des expériences de coopération réussie.

Outre son intérêt pour décoincer des projets qui patinent, notre approche de mise en lumière de l'implicite peut contribuer de manière significative au développement d'un "savoir reproduire" les initiatives d'innovation sociale.


En novembre 2016, nous avons organisé à la Caisse des Dépôts, une conféchanges sur "Les Rouages Profonds de la Coopération". Nous y présentons nos démarches et les premiers résultats de nos travaux. En ligne ci-dessous (Durée 1h15).

Les lois et règlements ont ils parfois freiné vos initiatives?

Autres (veuillez préciser),

Nom de la structure

Institut des Territoires Coopératifs

Profil des bénéficiaires

DemandeursMoins12Mois,DemandeursPlus12Mois,Femmes,PersonnesHandicap,Jeunes,Seniors,MereCelibataire,QuartiersPrioritaires,Immigres,DecrocheursScolaires,JeuneDiplomesBac

Quel est le principal atout de votre initiative?

L’InsTerCoop s’attache à étudier les processus de coopération sous l’angle de la pensée complexe, mettant l’accent sur ce qu’Edgar Morin appelle la « compréhension humaine », et cherchant à dépasser le tropisme de sciences sociales étudiant trop souvent l’individu à travers son seul comportement conscient.

C’est toujours celui qui fait, qui sait ! C'est pourquoi l'Observatoire de l'Implicite part des praticiens de la coopération, qui oeuvrent sur le terrtain. C'est une démarche d’itinérance à la rencontre de collectifs avec lesquels, nous appliquons une maïeutique pour qu’ensemble ils mettent à jour les rouages profonds de leur coopération, et revisite leur manière d’être ensemble, au bénéfice du projet. Nous faisons ces itinérances à pied car la marche permet de s’imprégner du territoire dans lequel l’action s’inscrit. Elle nous permet l’introspection nécessaire pour comprendre et faire les liens entre le territoire, collectif, et individu.

En 2016, 3 itinérances ont été menées, en mars en Pays de la Loire, en juin en Drôme et Ardèche et en octobre en Lot-et-Garonne, soit une centaine de jours de marche. Elles ont permis de rencontrer environ 200 « héros du quotidien », acteurs de 34 initiatives coopératives dans des domaines variés tels que des habitats partagés, coopératives d’énergie, pratiques alternatives d’enseignement, tiers-lieux, clusters d’entreprises, coopératives de production, animations de territoires, recycleries, ou magasins associatifs. Pour l’itinérance Lot-et-Garonnaise, objet d’un partenariat avec le Conseil Départemental, des agents territoriaux ont participé à l’itinérance afin qu’ils s’approprient la démarche d’accès à l’implicite du territoire avant d’élaborer une nouvelle politique publique. Cette expérience a mis en évidence l’intérêt de la transmission du processus par son expérimentation.

Les journaux d'itinérance de l'Observatoire de l'Implicite sont accessibles sur le site de l'InsTerCoop : http://www.instercoop.fr

Quel est votre objectif à 3 ans

Faire de l'InsTerCoop un centre de ressources, organisé en Société Coopérative d'Intérêt Collectif, au service de tous ceux qui souhaitent mettre la coopération, c'est à dire le penser et agir ensemble, en action.

Quelle(s) difficulté(s) rencontrez-vous aujourd'hui ?

Tous les acteurs que nous rencontrons, associatifs, entrepreneurs ou institutionnels, s'accordent avec nous pour dire que la prise en compte de la part que nous appelons "implicite" est essentielle pour la réussite d'un projet de coopération... Mais pour beaucoup de ces acteurs, cette part demeure mystérieuse, et impossible à saisir. Notre protocole montre clairement que non seulement il est possible d'y accéder, mais qu'en plus, c'est assez simple et extrêmement utile et efficace. En revanche, il faut le décider et prendre le temps nécessaire.

Notre finalité n’est pas la recherche, mais l’action ! Nous recherchons aujourd'hui deux types de partenaires pour poursuivre nos travaux:

  1. D'une part, des collectifs qui souhaiteraient expérimenter les processus que nous élaborons pour permettre de coopérer effectivement, dans la durée. Nous pourrions les appliquer sur des projets en difficulté, ou qui patinent, ce qui nous permettrait également de solidifier nos travaux.
  2. D'autre part, nous cherchons des partenaires financiers qui souhaiteraient utiliser l’Observatoire de l’Implicite pour éclairer des thématiques territoriales sensibles. Par exemple, l’organisation de la santé dans un territoire rural, ou les coopérations villes -campagnes, ou les coopérations familiales...